Écrire pour une raison

https://i2.wp.com/i423.photobucket.com/albums/pp313/mcmario_2008/ecrivain-jpg_142133.jpg

C’est ainsi que je commençai d’écrire, pour une aussi simple raison
: changer le monde, mais je réalise aussitôt que dans la jeunesse que présente mon âge, je ne peux que me changer, à peine. Mais que suis-je en train de changer en particulier, si ce n’est que la vie qui est en train de me faire changer tôt ou tard, au rythme de ses caprices les plus dérisoires.
Dès ma naissance, je l’ai su, ma raison : je dois accomplir ma destinée, je dois réaliser ma légende personnelle. Je me suis toujours vu en quête derrière cette légende indéfinie, alors ma première quête était d’abord de la définir. Je l’ai éventuellement définie : Changer le Monde.

Changer le monde, une telle idée ne peut qu’enivrer mon émoi encore plus, me rendre plus sensible, plus dur envers les durs, plus fragile envers ceux qui le sont encore plus que je ne le suis. Mais je me contente à voir d’abord ce qui ne tourne pas dans mon petit monde, est-ce le rythme de ma vie ? Est-ce ce fardeau, ce choix à prendre, ces décisions qui viennent me hanter ces temps-ci ? Ou est-ce complétement ma raison de vivre qui ne tient plus, ou plutôt ma vie qui ne tient plus à sa raison ?

Tant de questions que je pose à ma feuille, dans ces rares occasions où je me le permets vraiment. En effet, même si cela peut sembler aberrant, mais c’est elle qui m’interroge toujours : une feuille de cours, d’exercice ou d’examen c’est toujours elle qui rente avec moi dans ce bras de fer. Mais effectivement le sens des choses ne se résume pas à répondre à des feuilles. Si seulement les hommes ont pu trouver leur légende personnel ainsi, si seulement que c’est avec beaucoup de papier qu’on a  pu découvrir la gravité et non pas avec une pomme, mais hélas c’est l’intuition qui crée et le papier ne fait que suivre. Si seulement on pouvait vivre dans des livres, aimer dans des poèmes, travailler dans des contrats, se marier sur des actes et mourir dans des testaments, la vie serait plus facile à tourner. Mais la vie m’a appris aussi qu’il ne suffit pas d’écrire, comme il ne suffit pas du papier pour gravir les pas de son destin, mais qu’il faut agir…

Alors la roulette a tourné, et  je fais finalement parti de ceux qui écrivent, qui vivent dans leurs papiers d’une façon ou d’une autre, mais je me suis rendu compte que mon imagination se termine là où l’encre touche le coin bas de la page, et c’est pourquoi je ne veux plus atteindre mes limites ou laisser un autre me faire croire que c’est le cas, car dans ces même manuscrits j’ai découvert que c’est possible de semer le papier, de planter mes écrits, car ils sont plein d’espoir, ils crient à la vie, il se nourrissent de ma foie, de ma raison, de ma logique et de tout mon âme. Et ainsi planté dans d’autre esprits peut être, ne feront que naître ce même espoir, ce changement, ce fruit qu’est croire en la vie, en sa vie.

Credit photo : Getty Images
Publicités

2 réflexions au sujet de « Écrire pour une raison »

Êtes vous d'accord ? Qu'en pensez vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.