Comment entamer une tâche lourde ?

https://i1.wp.com/i423.photobucket.com/albums/pp313/mcmario_2008/johnny_bravo_b-1.jpg

« L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. » – Jean Jaurès

On se trouve souvent avec une sensation d’irrésolution lorsqu’il s’agit d’entamer une tâche lourde. On s’attarde à réfléchir tellement, qu’on finit par tout lâcher. C’est exactement comme s’échauffer 1 heure pour un match, et n’en jouer que 10 minute. Alors dites moi, accepterez vous toujours de mettre votre personne en substitution ?

D’où vient la malédiction ?

On se perd souvent dans un cercle vicieux qui se détermine comme suit :

1. La phase du paresseux motivé.

Cette phase est souvent la plus tenante, car c’est l’ouverture du cercle vicieux.

le principe est aussi simple que vrai : une fois on a plusieurs petites tâches qui s’accumulent à un certain rythme élevé on a tendance a les faire retarder avec un alibi tenace et motivant :

Je vais laisser le rythme s’installer pendant que je prends une vision globale pour savoir comment le gérer.

Vous même après avoir lu cette dernière phrase vous avez été tenté encore une fois, c’est une idée miraculeusement motivante. Mais ce qu’on méconnait souvent, est que cette idée s’estompe dès que la paresse augmente. Le paresseux motivé ne le devient plus quand le rythme atteint un certain niveau et que les tâches ont commencés à s’alourdir, car une autre idée s’installe instinctivement au fur et à mesure :

Il ne me reste plus de temps pour gérer comme il faut, alors je ne ferais rien car après tout rien ne sera bien fait, je ne fais que perdre mon temps encore.

2. La phase du perfectionniste plaintif

Comme vous l’avez noté, la phase du paresseux motivé nous renvoie vers une structure qui s’est paradoxalement révolutionnée en perfectionnisme, en voulant tout faire et surtout tout bien faire, ce qui nous donne une sensation , paranoïaque, qu’on perd toujours notre temps car après tout c’est toujours trop tard. Cette pensée du Tout-ou-Rien est parmi les symptômes alarmant de la malédiction.

Le résultat ? on arrête pas de se plaindre, de dimensionner le problème comme infiniment expansible,et le temps comme un parfait chasseur et nous une parfaite proie.

Ainsi, le fait de se plaindre constamment fait joindre le cercle. Notre vision des choses devient aussi restreinte. Au oint que si on essaye de regarder un peu loin, pour voir un peu comment les autres gèrent leurs tâches, il finissent souvent par nous repousser. Ce qui est tout à fait naturel car on a succombé à l’attitude du perfectionniste plaintif, ce que voit les autres bien évidement d’une façon différente.

Ce qui est malheureux est que souvent cette attitude est conçu par autrui comme un simple jeu de fourbe pour dissuader le mauvais œil. Une pensée bien répandu dans notre société et qui fait toujours accroitre ce mal être intrinsèque (intérieur) qu’extrinsèque (extérieur).

Alors la solution ?

Commencez d’abord par détecter en quel phase vous êtes.

Si vous dans la phase du paresseux motivé, alors ne croyait plus à cette motivation fortuite, et puis vous le savez plus que moi, la motivation est une sensation, et non pas un sentiment, c’est un état d’esprit. Et l’esprit est tel un gaz : il change de forme et se disperse facilement, on ne peut que le ranger temporairement dans une bouteille, car après tout, un jour ou l’autre on doit ouvrir cette bouteille. D’ailleurs, c’est là qu’on distingue les personnes charismatiques des autres, à leur capacité à bien savoir ranger leur état, mais surtout dans les bonnes bouteilles.

Le paresseux motivé alors range son état dans une bouteille, mais hélas sans bouchon 😉

Alors motivez vous autrement, motivez vous en passant à l’action plutôt que la contemplation. Assez de ces plans défensifs, les tâches habituels sont souvent de nature mécanique, c’est à dire demande une exécution directe, voir machinale, attaquez les, et si vous tombez sur des tâches qui demandent tant de réflexion alors au lieu de les entasser, pensez à les résoudre à plusieurs, en d’autre terme, au lieu de se plaindre devant les autres, amenez les autres à pensez, à réfléchir avec vous et vos tâches seront réduite à rythme aussi élevé que leur apparition et cela quel que soit le type de la tâche finalement.

https://i0.wp.com/i423.photobucket.com/albums/pp313/mcmario_2008/iStock_000005793898XSmall.jpg

Si vous êtes dans la phase du perfectionniste plaintif, alors ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, c’est à dire ne gaspillez pas toute votre énergie dans une seule et petite tâche pour l’aboutir parfaitement. N’essayez surtout pas de trop comprendre, de trop savoir, de trop maitriser car ça demanderait beaucoup de temps, laissez la maitrise pour après et apprenez la méthode d’abord, pour cela optez à la méthode de la compensation c’est à dire compensez la qualité par la quantité, attaquez plusieurs tâche sans autant les finir toutes et la structure de la tâche lourde va s’effondre. Là vous pouvez attaquer un autre niveau, celui de la maitrise. Mais au moins vous allez vous assurez que vous avez bien tout connu avant de tout bien savoir. Cela est surtout utile quand un examen s’approche et que vous êtes en retard, car qu’est ce qui vous dis que le dernier chapitre sera pas posé alors que vous vous avez seulement abattu à maitriser idéalement le premier par manque de temps ?

Là je ne vous parle bien entendu que de la méthode, je ne vous encourage point à retarder vos révisions et entassez vos tâches au point qu’elles deviennent lourde, je vous offre que la méthode pour s’en sortir d’un stade alarmant, et biensure vous savez bien que la maitrise est bien plus crucial que la méthode. La maitrise est tout simplement apprendre en étant un actif motivé 😉

Publicités

Êtes vous d'accord ? Qu'en pensez vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s